lundi 21 mai 2018

Les trésors des voyages

Voyage, un nom commun qui pour certain ne signifie rien et qui pour d'autre est magique. Je fais partir de la deuxième catégorie de personnes. Je sais que je suis chanceuse que j'ai l'énorme privilège de pouvoir partir découvrir de nouveaux lieux, de nouveaux pays et de ne pas être obligée de rester chez moi.
C'est un article très important pour moi qui va me permettre d'introduire une nouvelle catégorie sur le blog. Je vais essayer de commencer à faire des articles voyages, visites... Le premier sera sur Amsterdam et j'ai hâte de vous le dévoiler.
Revenons au sujet principal mon amour, mon besoin de voyage. J'ai commencé à voyager très jeune avec mes parents d'abord en France puis à l'étranger. J'ai la chance d'avoir un père amoureux des voyages tout comme moi. C'est toujours avec une excitation digne des enfants qui vont pour la première fois à Disney que nous préparons les itinéraires pour chacun de nos voyages. C'est un peu un travail d'équipe j'ai parfois l'impression de préparer une potion magique puis une fois en voyage je croise les doigts pour que la magie fonctionne.
Les voyages sont devenus au fil des ans un besoin presque vital pour moi. Durant mes déplacements je découvre de nouveaux lieux, de nouvelles langues, de nouvelles personnes, mais surtout de nouvelles cultures. J'ai la chance de pouvoir comparer des modes de vie de voir les qualités, mais aussi les défauts de mon pays. Il arrive parfois qu'après un long moment sans voyager ou durant une période difficile de ma vie les défauts de la France deviennent trop présents et j'ai alors besoin de m'évader. Ma définition de voyager ne va pas avec repos. Voyager pour moi c'est me sentir libre, curieuse, courageuse de faire de nouvelles choses, de marcher, de courir, de voler et d'explorer les nouveaux décors qui s'offre à moi.
Les voyages sont pour moi quelques choses d'essentiel pour mûrir, grandir, se faire sa propre opinion pour pouvoir faire bouger les choses qui ne vont pas et encourager les belles initiatives.
C'est parce que les voyages signifient autant pour moi que je veux vous partager des articles voyages sur mes itinéraires, mes visites, mes ressenties par rapport aux différences entre des pays et pleins d'autres choses. 

dimanche 20 mai 2018

Le mystère J.Holloway, tome 2 de Hannah Keller

Auteure : Hannah Keller 


Editions : Ma next romance
Pages : 232 pages
Prix : 4,49€ (e-book), 17,90€ (broché)
Note : 3,5/5




Premier baiser, première nuit... Dans les bras de son viking, Andréa est sur un nuage. Jamais elle n'a été aussi proche du nirvana : elle a le métier de ses rêves et un homme qui la rend complètement folle.
Petit bémol: Jared ne dévoile rien de son mystère malgré le bonheur qu'ils partagent. Les questions fusent dans la tête de l'éditrice. Pourquoi tant de distance ? Heureusement, le séduisant J. Holloway lui permet de penser à autre chose...
Comment aimer deux hommes à la fois ?


Merci à Ma next romance qui m'a permis de lire ce livre grâce à la plateforme NetGalley.
J'attendais ce second tome avec grande impatience depuis que j'ai fini le premier tome il y a quelques mois. 
Ce second tome est vraiment dans la lignée du premier, on continue à suivre la romance idyllique d'Andie à travers la plume fluide d'Hannah Becker. Le mystère J.Holloway est une romance avec des secrets et quelques complications, mais l'intrigue est légèrement stéréotypée ce qui permet d'avoir une histoire légère et simple. Je tournais les pages sans m'en rendre compte, car je voulais vraiment savoir la suite même si je me doutais de ce qui allait se passer.
Le début de ce tome est vraiment idyllique, Andie nage en plein bonheur grâce à sa romance avec Jared. J'ai vraiment aimé cette partie remplie de bonheur et de tendresse. Il y a ensuite une partie un peu différente lorsque Jared devient plus distant et très secret. Andie va passer par de nombreuses émotions lors de ce tome et j'ai trouvé que ses réactions paraissaient toujours très réalistes. 
Andie a beau être un personnage avec une personnalité très intéressante ses amis et son entourage apportent beaucoup à l'histoire. Son patron est un homme merveilleux, il est très attentionné et drôle. Il y a ensuite les deux colocataires et amis d'Andie que j'apprécie énormément. Ce sont des personnages très touchants. C'est donc une romance feel-good, mignonne avec des personnages attachants.


Une romance très fluide parfaite pour lire au soleil !

samedi 19 mai 2018

Echauffement de Jeanne et Louise Coroll

Auteures : Jeanne et Louise Coroll
Facebook : ici

Editions : Librinova
Pages : 245 pages
Prix : 4,99€ (e-book)
Note : 3,75/5




Caleb Sparkles, 19 ans, appartient à l’un des plus grands clubs de football d’Angleterre. Même s’il est encore loin d’être la star de son équipe, il est habitué à avoir une vie plutôt facile. Les paillettes et les filles qui rêvent de le mettre dans leur lit, il connaît… mais il n’a jamais rencontré le grand amour. Quand il croise Gary Devlin à une soirée chez des amis communs, il est troublé par sa personnalité froide et son regard sévère. Le lendemain, ses amis sont formels : Devlin ne l’a pas quitté des yeux de toute la soirée. Mais pourquoi ce prodige de l’équipe adverse s’intéresserait-il à lui ? Et surtout, pourquoi cette simple idée le met-elle dans un tel état ? Caleb doit absolument percer le mystère. Son cœur en sortira-t-il indemne ?


Je remercie Jeanne et Louise Coroll de m'avoir permise de lire ce livre grâce à la plateforme simplementpro
Lorsque j'ai lu le résumé de ce livre je me suis dit voilà une romance M/M qui devrait me plaire et je me suis lancée dans ma lecture un peu à l'aveugle. Je n'avais jamais entendu parlé du roman et de ses auteures. 
La narration à la première personne m'a tout de suite mise en confiance. Je suis le genre de lectrice qui aime beaucoup ce point de vue car, j'arrive plus facilement à rentrer dans l'histoire et à comprendre le protagoniste. Le style des auteures m'a encore plus convaincues que j'allais passer un très bon moment de lecture. C'est une écriture très fluide, très rapide et complètement addictive. J'ai eu la mauvaise idée de commencer ce roman à presque minuit et je n'ai pas vu les heures défilées jusqu'à 2 heures du matin où mes yeux ont commencé à se fermer. 
Le petit point négatif du livre est le changement d'humeur trop souvent et pas justifié des protagonistes, mais surtout de Gary. C'est une personne impossible à cerner, car il est toujours en train de changer d'humeur un coup il est gentil et une autre fois cassant. Parfois il est attentionné et à un autre moment froid. Heureusement ce roman à beaucoup de points positifs. 
Je sais que cela peut gêner certaines personnes donc je vais en parler. Les scènes de sexe ne sont pas choquantes et finalement peu nombreuses. Elles restent vraiment soft et si cela vous gêne vraiment je ne pense pas que cela soit dérageant de ne pas les lire. Pour les lecteurs que ça ne dérange pas je les ai trouvées vraiment bien écrites et dosées juste comme il faut. 
L'intrigue était vraiment prenante et à aucun moment je n'ai eu envie de faire une pause j'avais envie de connaitre la suite de l'histoire entre Caleb et Gary. Ils vivent tous les deux une situation compliquée et difficile à gérer. Ce n'est pas tous les jours qu'on tombe sous le charme d'une personne du même sexe que nous alors qu'on est hétérosexuel depuis des années. C'est une situation assez inédite qui comporte bien sûr quelques clichés, mais surtout beaucoup de réalité. Je me suis mise à la place de Caleb et je pense que beaucoup de ses réactions sont totalement naturelles et logiques. 
L'univers du football est un plus car la pression sur les protagonistes est encore plus forte que s'ils avaient seulement à gérer leur famille et amis. 


Une romance M/M avec quelques clichés mais c'est surtout un livre très addictif.

mercredi 16 mai 2018

Interview et Tag: ceci ou cela ? de Audrey Verreault

1 Présentez-vous en tant qu'auteure.
Je suis une Québécoise de 37 ans. Je travaille actuellement comme technicienne en informatique. J’ai été aussi graphiste quelques années. J’ai publié mon premier roman sur Amazon en autoédition en mai 2016. Il s’intitule Galénor : le livre des Portes. Il s’agit du premier tome d’une série de romans fantasy-jeunesse.

2 Qu'est ce qui vous a donné envie d'écrire ? Depuis quand écrivez-vous ?
Je crois que j’ai toujours aimé gribouiller. Adolescente, c’était des poèmes, plus tard, ce fut des articles que j’écrivais dans le journal de mon village natal… Je pense aussi que j’avais depuis longtemps envie d’écrire un roman, mais je n’osais pas me lancer. Puis un jour, j’ai découvert un livre de développement personnel et d’écriture intitulé : Libérez votre créativité. Il prônait l’idée que tout le monde peut écrire s’il le désire. Il comportait aussi des exercices pratiques… C’est à ce moment que j’ai commencé à créer l’univers de mon roman Galénor.

3 Quel est votre dernier roman coup de coeur ?
J’ai beaucoup aimé la série Enchantement d’Evelyne Contant. J’ai lu les deux premiers tomes (La pierre de Lune et Atlantide) et ce fut deux coups de cœur. Le temps me manque, mais je vais sûrement me lancer dans la lecture du troisième.

4 Y a-t-il des livres qui ont inspiré vos romans ?
Je suis fan de la série Harry Potter. Plus cinéphile que lectrice, je pense que ce sont ces livres qui m’ont apporté le goût de la lecture. J’ai découvert cet univers magique dans une période un peu sombre de ma vie et je crois qu’ils m’ont beaucoup aidé, en général. Comme mon univers est aussi un monde peuplé de magiciens et de créatures magiques de toutes sortes, j’ai été influencé par ces livres, c’est certain. Je pense que nous nous inspirons tous de ce que nous aimons… Plusieurs films et séries m’ont sûrement aussi influencé… (Je pense à Buffy contre les vampiresStar Wars…)

5 Travaillez-vous sur un nouveau roman si cela n'est pas trop indiscret ?

Je travaille sur le deuxième tome de Galénor. J’espère le sortir cette année.

6 Que ressentez-vous avant la sortie d'un de vos romans ?

Lorsque j’ai publié mon premier roman, j’étais assez nerveuse. Peu de gens l’avaient lu, même parmi mon entourage… (Je suis une personne plutôt introvertie.) J’attendais avec appréhension les premiers commentaires… Je crois que je suis anxieuse de nature et que je serai aussi nerveuse à la sortie du deuxième tome.

7 Avez-vous une habitude d'écriture ?
J’écoute de la musique lorsque je cherche des idées, mais quand je rédige le texte, j’ai besoin de tranquillité, de silence… J’ai aussi la mauvaise habitude de boire du café… Un peu trop d’ailleurs, lorsque je suis bloquée dans un passage.

8 Que représente l’écriture pour vous ?
Une passion, un moyen de m’évader, de m’exprimer et de m’amuser…
J’ai adoré créer l’univers de Galénor…

9 Appréhendez-vous les retours sur vos romans ? 

Toujours. Je navigue souvent sur les différents sites comme Amazon, Goodreads, Booknode, Babelio, Livraddict, pour vérifier s’il y a de nouveaux commentaires ou de nouvelles chroniques. J’accorde beaucoup d’importance aux commentaires, mais j’essaie de demeurer positive - on ne peut pas plaire à tout le monde.

Questions du tag 
1 Lire sur un canapé ou dans un lit ? Canapé
2 Protagoniste féminin ou masculin ? Féminin
3 Thé ou café en lisant ? Café 
4 Série ou one-shot ? Série
5 Point de vue à la première ou à la troisième personne ? Les deux
6 Lire le matin ou le soir ? Soir
7 Librairies ou bibliothèques ?  Librairies
8 Lecture avec ou sans musique ? Avec
9 Livre papier ou ebook ? Les deux, mais de plus en plus ebook

samedi 12 mai 2018

Hyacinthe : tout en nuance, tome 1 d'Erika Boyer

Auteure : Erika Boyer
Twitter : ici
Instagram : ici
Site : ici

Editions : auto-édition
Pages : 272 pages
Prix : 3,99€ (e-book), 14,90€ (broché)
Note : 5/5




Hyacinthe ne supporte pas de voir son reflet dans le miroir. Il vit loin de tout, isolé, reclus ; il se cache du regard des autres et consacre son existence à son art. Il n’entretient même plus l’espoir d’être un jour aimé.

Pourtant, quand Elea entre dans sa vie, il ne peut s’empêcher d’aspirer au bonheur. Ses regards sont des caresses, ses gestes des mots doux et l’artiste en vient à croire qu’il pourrait avoir un avenir différent de celui qu’il s’était toujours imaginé.

Peut-il être homme et non plus abomination à travers les yeux de cette femme ? Mieux, peut-il l’être à travers ses propres yeux ?



Je remercie Erika Boyer de m'avoir permise de lire ce livre via la plateforme simplementpro.
J'attends chaque nouveau roman d'Erika Boyer avec énormément d'impatience. J'ai déjà lu Sous le même ciel et le langage des fleurs et Pardon est dans ma PAL et ne devrait pas tarder à être lu. 
Le résumé me tentait beaucoup grâce aux personnages car je savais que j'allais adorer. J'ai été encore plus heureuse lorsque j'ai compris que le thème de ce livre était la beauté physique et que ce thème allait énormément me toucher personnellement. C'est un thème qui touche beaucoup de personne et donc beaucoup de monde pourra s'identifier aux problèmes de Hyacinthe. C'est un sujet très important aujourd'hui vu la société dans laquelle on vit. Cette société nous pousse à être parfait et il est souvent difficile de s'accepter soi avec ses problèmes et c'est ce dont Erika Boyer parle. 
Elle aborde un thème qu'on retrouve peu dans les romances. Elle sort des sentiers battus et comme à chaque fois nous transperce grâce à ses mots. C'est un style particulier que je compare vraiment à Colleen Hoover. Erika Boyer écrit des histoires tristes et magnifiques à la fois. Des personnages brisés ou différents de ce que l'on voit d'habitude et grâce à ses doigts la magie des mots opère. Elle a un style émouvant, poignant, bouleversant qui peut vous faire sourire durant une page puis pleurer durant la prochaine. C'est une écriture fluide, addictive où on ne retrouve rien à redire. Ces mots sont toujours dosés à la perfection et c'est juste magnifique.  
Dans ce roman on va suivre la romance qui va se créer doucement entre Elea et Hyacinthe on lit des moments magiques et mignons. Il y a aussi des passages où on a envie de rentrer dans le livre et de secouer quelqu'un. On suit surtout et personnellement avec beaucoup d'émotion l'évolution de Hyacinthe son acceptation de lui-même au fur et à mesure de l'histoire. Les différents paliers qu'il passe difficilement, mais surement. J'ai énormément aimé sa relation avec Elea qui est pour moi la définition parfaite de l'amour. Ils sont tendres l'un envers l'autre, patient, à l'écoute, passionnée... Ils s'aident, se font grandir, se poussent toujours plus loin et c'est magnifique. 
Il y a ensuite les personnages secondaires qui m'ont énormément plu et que j'ai hâte de découvrir dans les prochains tomes de cette série qui s'annonce spéciale et toute en nuance



C'est une romance magnifique qui va vous faire passer par de nombreuses émotions et vous toucher au plus profond de vous. C'est le genre d'histoire qu'une fois commencer on ne peut plus lâcher à part une fois arrivée à la dernière page. 

mercredi 9 mai 2018

Interview et Tag: ceci ou cela ? de Victor Boissel

1 Présentez-vous en tant qu'auteure.
Depuis l’enfance, je suis fasciné par les histoires et les enseignements qu’elles portent. D’abord je l’ai été en tant qu’auditeur et lecteur. Ensuite je l’ai été en tant que conteur et rapporteur. Et enfin, naturellement, en tant qu’auteur. Je crois qu’à partir d’observations, même habilement compilées et articulées, on ne peut que transmettre qu’une substance brute, difficilement accessible et encore plus délicatement exploitable. Mais lorsque ces observations sont assorties de constructions dramatiques, qu’elles sont portées par des personnages et inscrites dans des histoires, non seulement sont-elles plus parlantes, mais elles sont aussi distrayantes, amusantes, dérangeantes, séduisantes, éclairantes... et plus aisément mémorisables et transmises.
Je me vois donc comme un conteur-observateur ou un observateur-conteur.

2 Qu'est ce qui vous a donné envie d'écrire ? Depuis quand écrivez-vous ?
Ce qui m'a donné l'envie d'écrire, c'est le partage. Le partage des mécanismes que j'ai détectés en tant qu'observateur. Le partage des émotions que j'ai ressenties en tant que conteur.
J'observe et je conte d'abord pour moi-même. Et quand je suis satisfait d'une observation ou d'une histoire (drame, personnages, enjeux, ton), alors vient l'envie d'en faire profiter d'autres et avec elle le projet de la coucher par écrit. Il me semble que ces envies sont nées dès mon plus jeune âge, avant même que je sache écrire. Mes premiers vrais récits écrits se trouvaient dans des correspondances, vers l'âge de 15/16 ans. Et les récits ont gagné en construction, longueur et profondeur progressivement jusqu'à mon premier roman, vers l'âge de 25/26 ans.

3 Quel est votre dernier roman coup de coeur ?
Cela peut sembler paradoxal, mais même si j'écris des romans, je lis beaucoup plus d'essais, de textes historiques et scientifiques, de théâtre, de contes que de romans. Cela est dû au fait que je suis souvent déçu par les romans, alors même que certains m'ont profondément ému voire bousculé, cela reste statistiquement rare. Donc mon dernier roman coup de cœur doit être vieux ;p
Je peux en citer deux qui ont une place importante pour moi : La promesse de l'aube de Romain Gary et Les croisades vues par les Arabes d'Amin Maalouf.

4 Y a-t-il des livres qui ont inspiré vos romans ?
Il y a des livres dont certains ingrédients m'ont inspiré, éclairé, motivé, certaines zones de brillance que j'ai cherché à capter. La construction des personnages dans Les trois mousquetaires et Le comte de Monte-Cristo de Dumas.
L'intrication des trames dramatiques dans Les misérables de Hugo.
L'intimité de la narration dans Bel-Ami de Maupassant.
La puissance des enjeux dans Britannicus de Racine et dans Horace de Corneille.
La profondeur et la cohérence du monde inventé dans Le seigneur des anneaux de Tolkien.
La finesse et l'intelligence des mécanismes du mythe dans Dune de Herbert.
La clairvoyance des projections dans Fondation de Asimov, et sa capacité à traiter une grande trame générale à travers des personnages singuliers sur lesquels il fait sa "mise au point".
Le perfectionnement des systèmes de domination dans 1984 de Orwell (avec une mention spéciale pour le ministère du dictionnaire).
Je pourrais continuer la liste, parce que, lorsque je lis, je repère les éléments qui m'apparaissent notables, émouvants, intelligents, drôles, profonds... et une fois repérés, quand je le peux, je les fais mien. En ce sens, les livres qui m'ont inspiré sont nombreux, même lorsque l'inspiration en question n'a pour spectre qu'un fragment de l'oeuvre. Par exemple, j'ai cité Tolkien dans ma liste mais j'ai peiné dans la ma lecture de son Seigneur des anneaux. Je lui reconnais volontiers d'avoir été un formidable constructeur de monde mais je n'ai pas adhéré à sa façon d'aborder le drame et la péripétie.
Donc il peut même y avoir du bon à prendre dans les romans qui n'emportent pas mon adhésion globale. Et l'inverse est valable. Je peux reconnaître de profondes carences dans des textes que j'aime beaucoup. Fondation, de Asimov, lui aussi cité plus haut, me semble très bien pensé, bien vu, bien construit et satisfaisant d'un point de vue dramatique... mais je ne peux m'empêcher de subir la pauvreté stylistique. Et pourtant j'aime Fondation et je le relirai encore et je l'offrirai encore ;p

5 Travaillez-vous sur un nouveau roman si cela n'est pas trop indiscret ?
Je travaille toujours à la documentation et à la préparation d’un grand roman intitulé Les Parias de Babylone, dont la phase de rédaction débutera en fin d’année (www.lespariasdebabylone.com).
En parallèle, j’écris des contes et des nouvelles qui verront bientôt le jour, la prochaine en date sera Un air enlevé, une nouvelle inscrite dans un recueil de douze nouvelles, portées par douze auteurs et dont le thème est la féminité. Ce recueil est le second du genre, il s’agit d’associer douze plumes disparates pour réaliser un livre dont les produits de la vente reviennent à la Fondation. Elle pour l’émancipation des femmes.

6 Que ressentez-vous avant la sortie d'un de vos romans ?
Une profonde sérénité et un total détachement.
(On peut mentir à la question 6, n'est-ce pas ?)
Hum.
Impatience, appréhension, doute, appétit de retours de lecteurs... au moins tout ça ;p

7 Avez-vous une habitude d'écriture ?
Mille !
Je prends des notes tout le temps. Sur les notes de mon téléphone, sur papier, je m'envoie des sms dès que j'ai une idée. Et au moment d'écrire, je dessine : les trames dramatiques, les profils des personnages, les plans des bâtiments clefs, les chronologies. J'ai toujours plusieurs écrans autour de moi en phase de rédaction. Le traitement de texte, les outils d'écriture (plusieurs dictionnaires), les sources documentées, mes notes.
En phase de rédaction, je me freine en fin de journée pour me ménager et conserver le feu et l'énergie pour le jour suivant. Donc je cesse d'écrire avant d'être fatigué et à un moment que j'ai envie de poursuivre. En revanche, le matin, il peut m'arriver de me mettre à écrire immédiatement après avoir ouvert les yeux, sans douche ni café, avant de faire une pause et de m'y remettre.
Je fais régulièrement des boucles en marchant dans mon salon à mesure que je traite tels ou tels passages qui me tiennent à cœur.
J'ai quelques amis à qui je raconte ce que j'écris presque en temps réel. Parfois de petits points de détail, parfois les grandes lignes, parfois les concepts abordés... en révélant un envers du décor et en tentant de ne pas divulgâcher (j'aime le rapport des Québécois au français ;p).

8 Que représente l’écriture pour vous ?
Un voyage tissant le réel et l'inventé, l'observé et le ressenti.
En écrivant je veux voyager et faire voyager.

9 Appréhendez-vous les retours sur vos romans ? 
En aucun cas. Je ressens une profonde sérénité et un total détachement.
(On peut mentir à la question 9, n'est-ce pas ?)
Hum.
Impatience, appréhension, doute, appétit de retours de lecteurs... au moins tout ça ;p

Questions du tag 
1 Lire sur un canapé ou dans un lit ? Les deux ! et à une table de travail quand les lectures appellent une prise de notes.
2 Protagoniste féminin ou masculin ? J'ai une inclination pour les personnages féminins, mais je suis bien obligé d'avoir quelques personnages masculins de temps à autre ;p

3 Thé ou café en lisant ? Souvent c'est un ersatz de café qui m'accompagne. De la ricoré. Parce que si j'avalais les mêmes quantités de café je serais un grésillement ambulant ;p
4 Série ou one-shot ? Plutôt des ouvrages indépendants. Même s'ils peuvent être très longs. Ce qui sera le cas des Parias de Babylone.
5 Point de vue à la première ou à la troisième personne ? La troisième personne a ma préférence. Il arrive que la première personne corresponde mieux à certains textes mais pour moi cela reste rare.
6 Lire le matin ou le soir ? Matin et soir pour les lectures "documentation" (essai, histoire, science).
Soir pour les lectures "distraction".
7 Librairies ou bibliothèques ?  Ce sont rarement des endroits où je lis. Je repère, je consulte, je commande ou j'emprunte mais je ne stationne pas là. Je suis plus à l'aise pour lire chez moi.
8 Lecture avec ou sans musique ? Généralement sans. Et quand c'est avec musique, c'est à très faible volume et sans paroles.
9 Livre papier ou ebook ? Les deux !
Papier parce que j'aime l'objet et sa tenue, son contact et parfois son odeur. 
Format électronique parce que je peux avoir beaucoup de livres concentrés en un petit volume
et que je peux choisir la police de caractère, la taille et, ultime confort du soir, lire en blanc sur
fond noir.

dimanche 6 mai 2018

Réalise tes rêves de Magali Peyroux

Auteure : Magali Peyroux



Editions : Auto-édités 

Pages : 112 pages
Prix : 2,99€ (e-book), 6,22€ (broché)
Note : 3,25/5




Léa est une princesse moderne. Depuis sa fenêtre ouverte sur le monde, son écran d'ordinateur, elle crée sa vie. Car Léa écrit. Elle écrit pour réinventer sa vie. Un jour, c'est son histoire à elle, qui vient toquer à la porte de son Coeur sous la forme d'un livre et d'une grande idée. Un appel de son Âme : son Happiness Book's Tour ! Et ce petit livre magique, son livre, l'emmène à l'aventure sur les routes de France à la rencontre de ses lecteurs et de la Vie ! Alors Léa ose se mettre en chemin, en chemin de réalisation d'elle-même ! Magie de la Vie, synchronicités, rencontres inattendues, inspirations... Pas après pas, avec son Coeur pour boussole, Léa apprend à marcher dans les pas de la Vie en suivant son Flow. Et ce qu'elle reçoit va bien au-delà de ce à quoi elle s'attendait ! Car le fil conducteur de ce chemin d'ose est l'Amour.



Je remercie Magali Peyroux pour l'envoi de son livre. 
Ce petit livre d'un peu plus de 100 pages se lit très rapidement. En une petite matinée j'ai eu le temps de lire ce roman qui m'a montrée que parfois le bonheur c'est de dépasser ses peurs.

L'histoire de Léa était différente de ce à quoi je m'attendais en lisant le résumé. Je m'attendais à un réel voyage, un peu à une aventure mais c'est surtout le côté sentiment, feel-good qui est ressorti de l'histoire. Ce n'est pas forcément un mauvais point car j'ai vraiment aimé ce côté réflexion par rapport à la vie et au bonheur en général. 
À travers l'histoire de Léa on voit que le bonheur ne vient pas toujours de là où on l'attend. Il arrive qu'on ait des rêves qui ne nous rendent pas heureux et dans ce cas-là il faut réussir à dépasser ses peurs comme le fait Léa. Durant tout le livre on la voit prendre confiance en elle, en la vie, elle apprend à découvrir ce qu'est réellement le bonheur.